Diiné


LE JEÛNE MUSULMAN DU MOIS DE RAMADAN
ou Ramadhan (et non pas ramadam)

ramadan

C’est dans le mois de Ramadan qu’on fait descendre le Coran, comme guidée pour les gens, et en preuves de guidée et de discernement. Donc, quiconque d’entre vous est présent à ce mois, qu’il le jeûne! » (Coran Sourate 2:185a) « Dieu veut pour vous la facilité, Il ne veut pas pour vous la difficulté »

(Coran Sourate 2:185b)

Tu observes le jeûne du Ramadan? Tu en éprouves le besoin? Si tu attaches de l’importance aux commandements de Dieu, alors jeûner a de l’importance pour toi.

Pourtant, le plus souvent, les hommes et les femmes qui se privent de nourriture, d’eau et de substances toxiques ne jeûnent pas selon la volonté de Dieu. Dans notre monde on comprend mal le sens du jeûne.

Jeûner pendant le mois de ramadan dans le Coran et le Hadith

Le Coran impose très clairement le jeûne du Ramadan. Un cinquième de la population du globe est appelée à s’abstenir de nourriture pendant les heures du jour. C’est un mois où l’on commémore la révélation du Coran et il devrait s’accompagner de prières et de lecture du Coran. On y exerce aussi l’indulgence et la flexibilité envers les malades et les voyageurs. Le Coran dit à ce sujet : »Dieu veut pour vous la facilité, Il ne veut pas pour vous la difficulté… » (Coran sourate 2:185b).

« L’Islam a été fondé sur 5 [piliers] » parmi les quels il y a le jeûne du mois du Ramadan (An-Nawawi Quarante Hadith: 3). Le jeûne est aussi mentionné comme l’une des conditions pour entrer au Paradis (An-Nawawi: 22). Mohammed et ses compagnons ne doutent pas de son importance.

En même temps, rappelons que le jeûne n’est pas le propre d’une seule et unique religion. Qui est assez orgueilleux pour croire que ses bonnes oeuvres sont meilleures que celles d’un autre? Même au temps de Mohammed, nombre de non-Musulmans jeûnaient tout comme les compagnons du prophète (An-Nawawi: 25). Même les athées et les païens ont pratiqué le jeûne, mais certainement pas pour Dieu.

Le jeûne du Ramadan, aujourd’hui

A ce point, admettons que les Chrétiens comme les Musulmans du monde entier ont échoué dans leur pratique du jeûne. Par exemple, il est bien connu que durant le Ramadan les Musulmans consomment plus de nourriture qu’en toute autre période de l’année. En plus on sait que pendant ce mois-là les Musulmans vivent beaucoup de tensions sociales qui finissent en colères et en disputes.

En général le monde chrétien n’est pas meilleur; la pratique du jeûne est passée de l’acte secret à l’acte à peu près inexistant, même si quelques-uns jeûnent encore pendant le carême. Si nous cherchons un jeûne qui plaît à Dieu, alors ne nous accusons pas les uns les autres. La plupart des excès dans les mondes chrétiens et musulmans viennent du trou noir du matérialisme qui a aspiré toute la planète.

Mais que m’importe ou que t’importe si les Musulmans et les Chrétiens ne jeûnent pas correctement? Faut-il penser que les lois de Dieu correspondent exactement aux pratiques des gens qui nous entourent? Non, nous devons chercher le jeûne qui plaît à Dieu, celui que nous ont enseigné tous les prophètes, depuis Adam, en passant par Abraham et ses vrais enfants (Galates 3:29)!

1000 ans avant l’Hégire

Dieu a toujours eu ses prophètes pour rappeler son peuple à la repentance. Ce fut le cas avec le prophète Esaïe, un descendant d’Abraham qui vivait et prophétisait avant l’arrivée du Christianisme et de l’Islam, à une époque où le peuple de Dieu avait oublié ce que signifiait le jeûne selon Sa volonté. Il déclare:

« Voici, vous jeûnez pour disputer et vous quereller… Est-ce là le jeûne auquel je prends plaisir, un jour où l’homme humilie son âme? Courber la tête comme un jonc, et se coucher sur le sac et la cendre, est-ce là ce que tu appelles un jeûne, un jour agréable à l’Eternel? Voici le jeûne auquel je prends plaisir: Détache les chaînes de la méchanceté, dénoue les liens de la servitude, renvoie libres les opprimés, et que l’on rompe toute espèce de joug; partage ton pain avec celui qui a faim, et fait entrer dans ta maison les malheureux sans asile; si tu vois un homme nu couvre-le, et ne te détourne pas de ton semblable. Alors ta lumière poindra comme l’aurore, et ta guérison germera promptement; ta justice marchera devant toi, et la gloire de l’Eternel t’accompagnera. » (Esaïe 58:4-8).

600 ans environ avant Mohammed, Jésus, fils de Marie, déclarait:

« Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense. Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » (Matthieu 6:16-18).

S’en tenir aux prophètes

Si les prophètes parlent, nous devons les écouter, même si nous vivons des centaines d’années aprés leur ministère. Les enseignements de Jésus en la matière méritent notre respect. Il a dit qu’après Son départ, ceux qui le suivent pratiqueraient le jeûne. C’est exactement ce qui s’est passé. Les compagnons de Jésus et ses disciples ont pratiqué assidûment un jeûne secret, normalement deux fois par semaine, même si beaucoup, dans l’incrédulité, refusaient de le faire. Il y avait aussi des moments où les croyants jeûnaient ensemble, d’habitude en temps de crise, ou pour des sujets particuliers. Ce n’était pas un jeûne prescrit annuellement. Il y avait un objectif immédiat. Ceux qui jeûnaient distribuaient l’argent qu’ils auraient dépensé pour se nourrir aux indigents, croyants ou incroyants, sans rien demander en échange. C’était une part de leur amour pour Dieu, non un moyen pour gagner le Paradis. Ils désiraient vivre en fonction de l’Esprit de Dieu non de leur estomac.

Leur jeûne était empreint de compassion. Personne n’était obligé de jeûner ni en privé, ni en public, car c’est ce que font les hypocrites de la religion. Si la société nous force à jeûner, alors elle nous vole la joie d’obéir à Dieu par amour.

C’est un peu la même chose pour nous aujourd’hui, si nous cherchons à suivre les prophètes. Laissons voir à Dieu seul que nous jeûnons; le jeûne devrait être un instrument pour contrôler notre appétit non pour l’augmenter! Il devrait mettre un terme à notre péché, nous donner l’occasion de donner à manger à ceux qui ont faim et qui sont dans le besoin, nous offrir l’opportunité de prier et d’intercéder devant Dieu pour ceux qui sont autour de nous. Il devrait purifier nos âmes afin de nous rapprocher, en caractère, des prophètes de Dieu. Nos vies devraient changer à travers le jeûne; et surtout, jeûner devrait nous aider à mieux connaitre Dieu, et non connaitre des faits et des doctrines à propos de Dieu.

Demande-toi: Jeûner, est-ce pour toi un exercice privé ou public? Si tu ne le fais pas en privé, alors je regrette, tu as déjà reçu ta récompense, l’approbation de la société. S’il est secret, alors ta récompense est dans les cieux, avec Dieu.

Demande-toi: Ton jeûne fait partie d’un processus régulier et quotidien pour avoir la victoire sur tes péchés et tes appétits, pour demander à Dieu d’améliorer ton caractère et de le rapprocher du Sien? Non, répondras-tu, un peu choqué, personne ne peut être semblable à Dieu; Dieu est Dieu. C’est vrai. Mais Dieu a fait l’homme à son image. Nous ne sommes pas comme les animaux, incapables de comprendre Dieu. Dieu a le désir de communiquer amicalement avec celui qu’Il a créé à Son image.

Et qu’est-ce que la religion si notre caractère ne s’améliore pas pour être semblable au Sien? Rien qu’un paquet de règles! Des règles inventées par les hommes car seul Dieu peut montrer le chemin pour Le connaitre.

Si tu dis, oui, je jeûne pour construire une relation avec Dieu, alors d’accord.Tu as fait le bon pas pour comprendre quel est le jeûne agréable à Dieu, tel que l’enseigne Jésus, fils de Marie. Et grâce au jeûne secret, sacré, qui Lui appartient, au travers de la vie de Jésus Christ, nous apprenons comment aimer et connaitre Dieu. Comme en témoignent tous les prophètes.

« Voici le jeûne auquel je prends plaisir… »

*Ce traité a été réalisé par des Chrétiens évangéliques pour diffuser efficacement la vérité de Jesus le Messie aux Musulmans.

Attention: Les citations sont prises du « Le Saint Coran », traduction et commentaire de Muhammad Hamidullah, Nouvelle Edition 1989

Source: Le jeûne du Ramadansur le web

 

 

 

 

D’après Anas ibn Malîk, des gens de Urayna vinrent à Médine trouver l’Envoyé d’Allah et comme ils eurent très mal au ventre, l’Envoyé d’Allah leur dit: « Si cela vous convient, allez boire du lait et de l’urine des chamelles de l’aumône ». En suivant son conseil, ils se rétablirent, mais ils tuèrent les bergers, revinrent sur leur foi, et s’emparèrent des chameaux de l’Envoyé d’Allah. Aussitôt mis au courant, le Prophète dépêcha sur leurs traces des hommes qui les rejoignirent et les ramenèrent. Il ordonna alors de leur couper les mains et les pieds, de leur crever les yeux au fer rouge et de les laisser à « Al-Harra » où ils périrent.
(Muslim hadith 3162).

Ubada Ibn Samit rapporte d’Abou Dharr que le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Quand l’un de vous s’apprête à prier qu’il place devant lui quelque chose comme la partie arrière d’une selle. S’il ne dispose pas d’un tel objet, sa prière pourrait être interrompue par le passage d’un âne, d’une femme ou d’un chien noir. » J’ai dit à Abou Dharr : « Pourquoi un chien noir ? Et s’il était rouge ou jaune ? Il m’a répondu : « ô neveu, j’ai posé la même question au Messager d’Allah et il m’a dit que le chien noir était un démon » (rapporté par Mouslim, 510).
D’après `A’icha (qu’Allah soit satisfait d’elle), Sahla bint Suhayl vint dire au Prophète (pbAsl): « O Envoyé d’Allah! Je remarque les signes du mécontentement sur la figure de ‘Abû Hudhayfa (mon époux) de la présence fréquente de Sâlim, son allié, chez nous ». Le Prophète (pbAsl) lui dit: « Allaite-le (pour qu’il lui soit un fils de lait, interdit en mariage) ». – « Et comment allaiterai-je un adulte pareil? » Le Prophète (pbAsl) sourit (suivant la version rapportée par Ibn ‘Abî `Umar: Le Prophète rit) et dit: « Je sais bien que c’est un homme adulte! » .. Numéro du Hadith dans le Sahîh de Muslim: 2636
Omar Ben al-Khattab (qu’Allah lui offre Son Agrément) était un jour sur le prêchoir et a prononcé un long discours : « Allah a envoyé Muhammad (bénédiction et paix sur lui) par la vérité et a fait descendre sur lui le Livre et parmi ce qu’Allah a fait descendre, le Verset sur la lapidation. Nous l’avons récité et nous l’avons bien compris et assimilé. Le Messager d’Allah a lapidé et nous avons lapidé après lui. Je crains que si le temps passe, certains diraient : « Par Allah, nous ne trouvons pas le Verset sur la lapidation dans le Livre d’Allah. » Ils vont ainsi s’égarer pour avoir délaissé une obligation révélée par Allah. La lapidation est, dans le Livre d’Allah, la sanction légale infligée à la personne mariée qui fornique, qu’elle soit un homme ou une femme, à condition d’avoir une preuve évidente, une grossesse ou un aveu » (rapporté par les imams Bukhari et Muslim).

Ce discours a été prononcé devant tous les compagnons du prophète et personne n’a fait objection. De plus, il met en évidence que le Verset de lapidation faisait partie du Coran et que le texte a été abrogé mais la sentence est restée valable, à l’exemple du Verset concernant l’allaitement. Notons que l’abrogation dans le Coran a 3 formes :
l’abrogation du texte en gardant la sentence comme c’est le cas ici avec la lapidation.
l’abrogation de la sentence en gardant le texte comme certains Versets sur le vin, le combat, le testament,…etc.
l’abrogation du texte et de la sentence.
Allah, l’Exalté, dit :  » Si Nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le fassions oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est Omnipotent ?  » (2:106)
Omar Ibn Al-Khattab qui nous dit clairement qu’il y a des versets qui manquent dans le Coran
Celà pose la question de l’altérabilité et la falsifiabilité du Coran.