peul, peulh, fulfulde Pular, Pulaar, Fulfulde


Pays

Mauritanie, Sénégal, Mali, Guinée, Burkina Faso, Niger, Nigeria, Gambie, Tchad, Sierra Leone, Bénin, Guinée-Bissau, Soudan, République centrafricaine, Côte d’Ivoire, Ghana, Togo, Cameroun

Nombre de locuteurs

22 331 400

Selon Wikipedia

Publicités

ALLAH WONI ALLAH


Assalaamu alaykum banndiraawo! Allah anndi annabi Muusa o wi’i mo: o gooto! Allah o ceniido! Teddungal e baawde e sembe dum kanko jeyi! Diga duniyaaru e asama, walaa nanndudo mo! Kanko feere maako woni Allah Tagoowo! Ngam barka maako tagle duniyaaru fuu don ngeedi. Allah don ayna tagle maako wakkati fuu. Ammaa tagle maako nananaay mo! Tagle maako dowtanaaki mo bana no haani. Ngam maajum nyalaade don wara haa Allah Jawmiraawo wangina baawde mum. Nyalaade maajum o hiito luutube umrooje maako. Nyalaade maajum a yi’an baawde maako bee gite ma! Ngam maajum haani koomoy nana kongol Jawmiraawo. Haani koomoy waatana mo hakkiilo! Jawmiraawo wolwi nder deftere muudum O wi’i: Taa tokke laawol ummaatooje godde. Labbi di ummaatooje cujidanta, di meere. Yimbe pe »i lekki nder laynde, cehoowo sehi, o wo »ini leggal maajum, o suddi ngal e cardi malla kangeeri. Nden o tiggi ngal bee tappirdum e puusuuje. Fotooji maajum mbolwataa, di njahataa boo, doole goddo roondo di. Ngam maajum onon hulbe Allah, taa kule di, ngam di mbaawataa wadugo, koo kalludum koo booddum. Haani nuddindo Allah, kuldo mo bee goonga fuu wi’a: Walaa nandudo bee Jawmiraawo! Kanko woni mawdo, innde maako nde mawnde, nde teddunde! Haani yimbe fuu kula Jawmiraawo feere mum, ngam kanko woni laamiido ummaatooje. Haani yimbe manta mo feere maako be mbi’a: An a he’i huleego. Walaa nandudo bee maada caka marbe anndal nder ummaatooje e nder laamuuji mabbe fuu. Kuuje luttude bana cardi, e kangeeri e kaa’ye marde saman, e njawdi, dum an on tagi de ya Jawmiraawo! Non haani yimbe teddinira Allah Jawmiraawo! Fakat, Jawmiraawo woni Allah feere mum, o geeto, o laamiido, o duumiido. Walaa dowanteedo feere sey kanko tan! To o berni, lesdi dimboto, to o tikki ummaatooje ndo »oto. Mo wadi dowanteedo feere, Allah Jawmiraawo hiitoto mo! Haani ummaatooje fuu ceedo: Labbi tagaay asama e lesdi. Kala labbi fuu nattan haa duniyaaru, di meetataa taweego. Jawmiraawo wadi lesdi bee baawde muudum, bee wolde maako o tagi duniyaaru, bee anndal maako o we’iti asama. Umroore maako don ummina riggaango, o don wa »ina duule haa keeri duniyaaru, o don sakkina ma »e haa iyeende toba, o don wurtina hendu diga siga maako.

Mo jabi haala Jawmiraawo fuu, haani o wolwa ko Jawmiraawo umri mo. Haani o yeewta ko seynata Jawmiraawo. Ngam hebtugo muuyo Jawmiraawo dum kaandudum! Ko nelaado Jawmiraawo wadata fuu, haani o tefa anndugo muuyo Jawmiraawo! Jawmiraawo yidi a nana kubaruwol kisndam. A waawataa nuddingo ko a meedaay nango. Hiddeko a jaba haala, sey to a nani ka. Nden a hiima ka, a jaba ka, a nuddina ka! Ngam maajum ko a nanata, haani a wada hakkiilo ngam taa a salo ko hisnete! Ngam kisndam iwi diga nango! Bandiraawo, nango Kongol Jawmiraawo, dum hakkilango yonki ma. Hakkilango haala Allah, dum hakkiilango kisndam ma! Ngam daliila maajum Jawmiraawo wolwani yimbe o wi’i: Onon yimbe, onon ummaatooje duniyaaru, kedite, paame kongol Jawmiraawo. Taa tokke laawol ummaatooje godde. Taa tokke Labbi di ummaatooje cujidanta. Taa dowtane di. Ngam di mbolwataa, di njahataa boo. Taa kule labbi, ngam di mbaawataa wadugo ko halli malla ko woodi! Tokkaago labbi, dum tokkaago majjere, dum tokkaago halkere. Ngam maajum haani an neddo, a hoolo Jawmiraawo, Kanko woni Allah gooto, o geeto, o laamiido duumiido. O kisnoowo, umrooje maako dum umrooje kisndam. O wadi lesdi bee baawde maako, bee faamu maako o tagiri duniyaaru, bee anndal maako o we’itiri asama. Bandiraawo to mi don wolwa ka labbi, waato ka tuurooji, teema a numan, bana dum suuraaji malla payande e kaa’ye e ko lutti tan. Teema a numan ko mi limti do tan ngoni labbi. Aa’a, suuno boo dum lawru! Gidaadi ma an neddo, kanji boo di labbi! Deftere wi’i: «Sey on mbara suunooji luttudi nder moodon, bana daakareeku, e karamdum e wadugo njeenu e dabbugo kuuje kallude, ngam suuno e suujidango labbi, dum gootum!» Kol.3.5, Suuno e sujidanki lawru, dum huunde woore! Tokkando gidaadi mum, foti kal e cujidando lawru. Ngam maajum to mi don wolwa ka labbi, taa a numa ka ledde e kooseeje e ko lutti fuu. Aa’a, suuno boo nandi e sujidanki lawru! To suuno jawdi malla suuno huunde feere hoosi hakkiilo maada fuu, suuno maajum laati lawru ma! Ko a yidi buri Allah fuu, a laatini dum Allah maada. Ammaa Allah didi a dowtano mo feere maako! Diga fuuna haa Hiirna, diga Fombina haa woyla, walaa Allah feere sey kanko tan. Walaa dowanteedo feere nandudo e Allah. Mi yidi a hiima haala ka hakkunde ma e Jawmiraawo. Ngam wakkati waran, a daroto yeeso Jawmiraawo. O yamete ko a wadi fuu, dume a jaaboto mo nyalaade maajum? Bana en ngoni nder duniyaaru jooni, wakkati seyo don. Wakkati suno boo don. Ammaa jooni dum wakkati nanki habaru Jawmiraawo. Dum wakkati nuddingo Jawmiraawo. Dum saa’i dowtanaago mo. Laawol dowtanaago Jawmiraawo don mabbiti. Laawol nuddingo mo don mabbiti. Ammaa suunooji duniyaaru don esta yimbe haa be ngejjita umrooje Jawmiraawo. Di don majjina numooji yimbe! Ammaa taa yejjitu bandiraawo, wakkati bernuki Jawmiraawo don wara! To o berni diga a tuubanaay mo, sey halkere! Ngam maajum haani a wada hakkiilo ngam taa suuno halke! Bana no a yidaa debbo ma hawta bee gorko feere, non boo Allah yidaa a hawta mo e huunde feere! O yidaa a yida huunde feere bura mo. Bernuki maako don wara dow huuwanbe irin maajum. Bernuki maako naa bana bernuki meeden enen yimbe. Ngam to neddo berni, to a hokki mo jawdi, o de »itan. Ammaa Jawmiraawo woodaa haaje jawdi! Walaa ko yaali mo bee jawdi maada. Woodi ko umminta tikkere Jawmiraawo. Dum tokkaago dowanteedo feere. Allah Jawmiraawo o gooto, kanko tagi duniyaaru e asama. Kanko feere maako woni Allah. Walaa ko wi’ete dowanteedo haa duniyaaru, koo asama sey kanko tan. Kanko feere maako woni dowanteedo, mardo teddungal e baawde. Kanko feere maako woni Tagoowo. Ngam daliila maajum annabi Yeremiya wi’i: «Jawmiraawo woni Allah goongaajo.» To a darni huunde feere, a nanditini nde bee Jawmiraawo, a wadi hakkewol mangol! Siftor ko Jawmiraawo wolwani annabi Muusa saa’i o hokki mo umrooje sappo. O wi’i mo: «Min woni Allah Jawmiraawo maada gurtindo ma njeyaangu diga lesdi Misra. Taa jab dowanteebe wobbe sey min feere am.» (Gurt.2O.2-3,) Bandiraawo, Jawmiraawo yidaa a hawta mo, a nannditina mo e tagaadum. To a acci Allah tagoowo a sujidani tagaadum, Jawmiraawobernan, to wakkati maajum wadi, o hiitete! Ngam maajum «Sey yimbe duniyaaru fuu kula Jawmiraawo, be fuu be ndiwna yeeso maako. Nde o wolwi, duniyaaru laati. Nde o umri, koodume fuu wangi! Barka woodani ummaatoore nde Jawmiraawo woni Allah mum, ummaatoore nde o subi haa o mara nde. Jawmiraawo mo asama don laara, o don yi’a bibbe Aadama.» Jab. 33.8-9,12-13, Bandiraawo, Jawmiraawo don yi’e, o yidi a teddina mo feere maako. A nuddina mo feere maako. Kuuje de ngoni haa duniyaaru fuu, de nyolan, de majjan! Enen yimbe boo en don naywa, en don nyawa, en don maaya. No a mawniri fuu, doole ma a naywan, doole ma a maayan! No a riskiri fuu, risku ma hisnataa ma maayde! Annabo’en maayi, bana Ibrahiima, e Nuuhu, e Suleymaanu, e luttube, be fuu be maayi. Ammaa yonkiiji mabbe njehi to Jawmiraawo, ngam be nuddini mo. Allah Jawmiraawo mo huuwi bee mabbe, kanko woni hande. Kanko wonata jaango. Allah mo yaynini be naange, kanko yayninta en nge hande. Allah Jawmiraawo don duumi haa abada abadin. Allah o mo kenya, mo hande e mo jango. O duumiido haa forti foroy. Haani koomoy fuu hula mo, o nuddina mo feere maako. To wakkati bernuki maako yottake, o hisnan nuddinbe mo bee goonga! Annabi Daawuda faami haala ka’a booddum, ngam daliila maajum o wi’i haa Jabuura: «Onon goonga’en, ceyore Jawmiraawo, laaba berde’en fuu ngimana mo gettooje. Ngam wolde maako goondi, kuude maako fuu de koolniide. O yidi goongaaku e kiita ngoonduka, hinnuye maako heewi duniyaaru fuu. Jawmiraawo tagi asamanji bee umroore mum, naange e lewru e koode fuu bee wolde mum o tagi de. Sey duniyaaru fuu hula Jawmiraawo, yimbe maaru fuu ndiwna yeeso maako.» Jab. 33. Fakat Allah o gooto! Ngam maajum diga hande bandiraawo, haanaay suuno laamane, haanaay ngo laato dowanteedo maada. Ammaa haani a teddina Allah feere mum, a nuddina mo feere maako. Maadalla, Jawmiraawo wallite!

Mariage.


Les Peuls, un peuple présent dans une vingtaine de pays, en Afrique de l’Ouest,dont le Burkina Faso mais également au Tchad, en République Centrafricaine et au Soudan , une implantation géographique liée aux besoins des troupeaux de zébus et de chevaux, que la plupart élevait à l’origine. D’abord nomades, beaucoup se sont sédentarisés. Dans la suite de notre travail nous présenterons d’abord les peuls, ensuite nous parlerons des croyances ,enfin nous verrons les traditions.

Qui sont les peuls ?

Ils sont majoritairement musulmans. Leur dispersion et mobilité ont favorisé les échanges et les métissages avec d’autres populations. Leur origine et celle de leur identité, pas uniquement liée à la langue peule (pulaar), continuent de faire débat. Origine du nom .Les natifs se nomment eux-mêmes « Pullo » (sing.) prononcez [poullo], pluriel ‘ » Fulbhe » [Foulbé]. Nom propre : un Peul, une Peule, des Peuls. Le mot » Pullo » viendrait du verbe « fullade » (éparpiller, disperser au souffle). Les termes fula, fulbé, foulbé, fulani, sont des termes attribués par d’autres ethnies d’après les Peuls eux-mêmes.Fulla « errants » (‘Pullo au singulier). On rencontre aussi d’autres graphies en français, telles que poular ou peulh- L’ethnonyme apparaît parfois sous la forme de Foulhs, Phouls, Poules, Pouli, Fouli, foullah, Poullôri – en angl. germ. arab. ful, fula, fulani. « Peul » est le terme le plus utilisé dans les textes contemporains en français. Dans le passé, on l’orthographiait plutôt « Peulh » mais cette forme subsiste parfois et l’on rencontre également « Peuhl ». En allemand, Ful ou Fulen; en anglais, Fulani; en arabe, Fulani; en wolof, pë’l 4. « Peul » est la transcription française du mot wolof pë’l qui désigne ce peuple. Les Fellans , Fellani, Fellahs, Fellatahs sont les Peuls du Soudan et de l’Égypte.5.

Croyance ancestrale chez les peuls

Le Dieu créateur est « Guéno », il est incréé et vit dans l’éternité. Le panthéon peul comporte 28 divinités (dieux secondaires). Peuple pasteur et le plus souvent nomade pour qui le mythe de la création est fondé sur le symbolisme du lait (liquide nourricier), du beurre (substance sacrée) et du bovin : le bœuf est le « parent » du Peul (l’élevage n’avait pas un but économique : on ne le vendait pas, ni ne le tuait et on ne mangeait jamais sa viande). Leurs deux ancêtres mythiques : Aya était le gardien du troupeau et berger, sa femme Adia hérita du secret du lait. Il est à noter que dans la région, seuls les Peuls s’adonnent à l’élevage intensif et se nourrissent principalement de produits laitiers (les autres possèdent seulement des « animaux de cases »). Il y a eu, à l’époque de l’empire du Mali, une certaine symbiose entre les coutumes et les croyances des Peuls et des Bambara. Le Peul distingue une initiation extérieure : l’enseignement donné au cours des retraites et des cérémonies, et une initiation intérieure, qui s’accomplit en soi tout le long de la vie. L’initié de haut rang est un Gando et le grand maître est le Silatigui. La figure, symbole ésotérique (et aussi musulman) des Peuls est l’hexagramme (l’étoile de David). Leur arbre sacré (dont ils font les fameux bâtons qui ne les quittent pas) est l’ébénier de l’Ouest Africain. Le crâne symbolise la matrice du savoir (celui de l’homme mais également celui du chien considéré comme très familier avec le monde de l’invisible) et les 9 os du crâne, représentant les 9 voies de l’initiation sont très utilisées en divination. Il existe un lien de parenté à, plaisanterie (« dendirakou » en langue peule) entre Peuls et forgerons (maîtres du feu).

Les croyances modernes

Les Peuls de nos jours sont presque tous musulmans, on trouve cependant des Peuls chrétiens inclus dans des familles musulmanes.

Une partie des Peuls d’Afrique de l’Ouest, a été parmi les propagateurs de l’islam sunnite, notamment avec des personnages de l’ethnie Tekrour (TorooBé), comme Ousmane Dan Fodio, fondateur de l’empire du Sokoto (Dèm du Sokoto), Sékou Amadou, fondateur de l’empire Peulh du Macina, et Amadou Lobbo Bari « Emir du Macina », Muhammad Bello « sultan du Haoussa », Modibo Adama, fondateur du royaume Peulh de l’Adamaoua.

Sur le plan socio-géographique, les Peuls conquérants pratiquant le djihad sont souvent des familles Peules sédentaires (en particulier en Afrique de l’Ouest) et métissées avec les populations avec lesquelles ils cohabitent. Création d’écoles coraniques, propagateurs de confréries soufies, soufisme

Traditions

Sociétés

Il n’existe pas une société peule, mais des sociétés peules ; « Planète Peule ». Le corpus peul est dit « souple » et adaptable. Il est en évolution perpétuelle, tout en conservant ses traits caractéristiques initiaux. Les Peuls sont endogames semi agnatiques. La femme n’est pas voilée et il n’y a pas de lévirat.

Il existe quatre mariages traditionnels peuls avec quatre divorces correspondants :

  • – le premier mariage est décidé par les parents ; ce mariage (dewgal) a lieu vers 21 ans ;
  • – le deuxième après un divorce ou un veuvage
  • – le troisième, le « mariage-don » (politique) ;
  • – enfin, le culnol, concubinage d’un noble avec une kordo, femme de condition servile.

Un cinquième mariage islamique a été rajouté aux alentours du xvie siècle. Il est rendu par le cadi, juge musulman, et possède deux divorces associés. Tous les types de mariages existent chez les Peuls. Les Peuls sont monogames dans l’ensemble. Ils peuvent divorcer plusieurs fois et ils contractent souvent plusieurs mariages au cours de leur vie 2 ou 3 ; la polygamie se rencontre surtout dans les villes chez les Peuls islamisés.

Règles du cousinage (cousins de lait endam et cousins de noms, cousins de clans). Chez les Peuls Wodaabe, les enfants sont mariés très jeunes car il existe un mythe fondateur du garçon et de la petite fille. Mais la jeune fille a le droit de vivre sa vie de célibataire jusqu’à ses dix-huit ans. Chez les Bororos, lors du worso « fêtes du Printemps », les hommes dansent le guerewol où elles peuvent choisir un fiancé. Les Wodaabe sont des monogames « successifs » avec nombreux divorces ou séparations. Le concubinage est interdit et rapidement scellé par un teegal « épousailles ». On note une survivance d’une ancienne gynécocratie, l’héritage est utérin (matrilinéaire).

Castes

Les règles des castes ne semblent pas être remises en cause par le développement économique. Chacun reste dans son domaine de compétences traditionnelles. Dans les villes, il existe trois classes sociales : Les nobles :

  • DurooBe nobles ( transhumants ).
  • Jaawambe, jaawanndo au sing, conseillers et auxiliaires armés des rimbe.

Les artisans castés : Regroupés sous le nom de nyeenybe, nyenyo au sing :

  • Maabuube, maabo, tisserands, potières.
  • Wailybe, baylo, bijoutiers, forgerons.
  • Lawbe, labbo, boisseliers.
  • Sakkebe, sakke, cordonniers.
  • Bammbaado, wammbaabe, griots musiciens.

Les nyeenybe, sont réputés pour leur endogamie. Les serviles :

  • maccube, maccudo, ou kordo. Les serviles sont d’origines ethniques diverses, souvent prisonniers de guerres, anciens serviteurs pour le bétail, l’agriculture, la forge. Ils sont devenus autonomes et développent des entreprises L’ensemble comporte de nombreux homonymes suivant les parlers locaux ainsi que des articulations intercastes, mais relèvent toujours des mêmes distinctions sociales. Les Peuls, hormis les castes, sont regroupés en de nombreux clans ou tribus appelés leyyi:
  • Les fulbe ururbe ou worworbe présents partout, au Sénégal, Fouta-Djallon, Mali, Niger, Mauritanie, Burkina-Faso, ce sont les Peuls de l’ouest, à l’est ils prennent le nom de burure ou bororo’en. Ils sont parmi les premiers Peuls qui se sont sédentarisés.
  • Les fulbe laace, ce sont des Peuls qu’ont trouve spécialement au Sénégal, dans la région du djolof. Ils sont liés aux Wolofs avec qui ils cohabitent, (interpénétration linguistique), ils gardent les troupeaux des Wolofs, on les trouvait aussi dans le Sine-Saloum, et le Ferlo où ils nomadisaient, on les appellent aussi fulbe jeeri nom qu’on donne en général à tous les fulbe de cette partie du Sénégal, la plupart sont de patronyme ka.
  • Les fulbe jaawBe, la plus grande des leyyi peule, ils sont particulièrement présent au Sénégal, Mali, ils pratiquent l’élevage surtout ovin, mais aussi la pêche, pour les jaawBe dalli, ils se fixent parfois prés des fleuves, il y a de nombreux sous-groupes jaawbe. Ils sont à l’origine de la caste peule des jaawamBe, réputés pour être de fins stratèges dans l’ancien Fouta-toro.
  • Les fulbe cuutinkoobe, Peuls originaires de l’ancienne région du Diara entre l’est Sénégalais, et l’ouest malien, ils sont un sous-groupe de la grande famille peule des raneebe, la plupart d’entre eux sont de patronymes Diallo, les cuutinkoobe, étaient à l’origine des jaawBe, ils sont présent au sud du Sénégal, Guinée-Bissau, Guinée.
  • Les fulbe yirlaabe, ils sont les Peuls les plus à l’est, Tchad, nord-est Nigeria, Adamaoua dans le Nord du Cameroun. Les yirlaabe ou ngiril, sont très présents à l’Ouest également. Ils sont tous originaires du Fouta-Toro.
  • Les Fulbe wodaabe, surtout présents au Niger aujourd’hui et originaires du Diafunu, certains ce nomme diafunu’en, ancienne région englobant le Sahel mauritanien, le Macina au Mali, le Nord-Est du Sénégal. Ce sont les Peuls ayant le plus conservé leurs traditions nomades et leur culture, ce sont également les plus rustiques, ils sont restés très proches de la nature, ils sont de grands bouviers, et même s’ils sont majoritairement musulmans, ils pratiquent un islam très sommaire. Ils sont présent au Sénégal ou ils sont disséminés un peu partout et ou l’on trouve de nombreux sous-groupe, au Fouta-Djalon, où beaucoup se sont sédentarisés. Dans cette leyyi les sédentaires islamisés sont appelés wolarBe. Ces clans sont parfois divisés en plusieurs fractions et sous-fractions appelées kinde, selon leurs patronymes, les régions qu’ils habitent, les animaux qu’ils élèvent bovin, ovin, l’ancêtre (chef clanique) dont ils se réclament, il existe encore d’autres clans, dont les kolyaabe de koli Tenguella, les yaalalbe. Les castes sont les mêmes, pour toutes les leyyi. Certains clans peuls, sont liés part le jongu, un lien de parenté, qui les oblige à l’entraide, au respect mutuel.
  • Il existe 31 groupes nomades, 48 groupes semi-nomades et 29 groupes sédentarisés

On trouve ainsi par position sociale

1.Bari Rhaldiyanké : détenteurs du pouvoir temporel, veillent au bon fonctionnement du groupe. Bari Sériyanké : détenteurs du pouvoir spirituel, responsables de l’enseignement. Bari Soriyanké : détenteur du pouvoir judiciaire. 2.Bâ construction à partir de la racine initiale bh(r) sont les « guerriers », les « porteurs de tambours » et « vont au combat avec le sourire », d’où une confusion étymologique avec Diallow ( jaal ) « taquiner, plaisanter » ( Peul + Mandingue ) mais [ ba’ ] en racine Peule veut dire « tourner en dérision ». Les Bâ vont au combat avec le sourire, mais « ils ne peuvent pas expliquer les choses », ce sont les Bari qui en ont la charge. Ils s’occupent de la transmission, de l’éducation, de la mémoire et de l’« élévation spirituelle ». 3.Saw / Sow [sau] en pular; » doubler, séparer, distinguer », » métis » par euphé.Dans la société Peule ils sont les artisans, les commerçants. 3° fonction. Pul. / [so’] »suivre », « se mêler de » ; « apporter du bois » ; « impurs » – D’après Cheik Anta Diop il pourrait s’agir d’un rameau du peuple Sao, ayant « suivi » les Peuls depuis le Soudan Les patronymes peuls les plus courants de nos jours sont : Ba, Barry, Bari & Bahri ( Tchad , sud Libye ), Akbari ( Soudan, Mali ),Barani ( centrafrique ), Bar ( Burkina-Faso ) , Egge, Ka, Diallo, Sall, Sow, Dia, Baldé, Bal, Baandé, Nouba, Dioum, Diagayété, Seydi, Seydou, Diaw, Thiam, Mbow, Niane, Bocoum, Déme, Diack, ( intégration dans le groupe Wolofs du Sénégal, Mali, Mauritanie. Kara, Kan, Khan, Han, Hanne, Kaka, Kandé ( Niger et Burkina-Faso ).

Les Diamanka, Mballo, Boiro, Sabaly, Diao, Baldé, Seydi, Kandé, habitent historiquement la région de Kolda au Sénégal où était situé historiquement l’État du Fouladou, entre le Sud du Sénégal et le Nord de la Guinée-Bissau ); Dicko ( Peuls Ardo, Guerrier ) et Bello ( Niger, Nigeria ); Baal ( Sénégal ); Sow deviennent Sidibé au ( Mali, Guinée, Burkina-Faso ); les Sangaré du Mali, deviennent Sankara au Burkina-Faso, qui devient Shagari au Nigeria…

Conclusion

A la fin de notre travail, il ressort clairement que les peules constituent un peuple que l’on rencontre partout en Afrique et leurs nomadisme est lié a leurs activités principale : l’élevage. Ils sont majoritairement musulmans et accordent beaucoup d’importance à leurs traditions.

Histoire de la Mauritanie


L’histoire de la Mauritanie commence avec la famille royale des koba les rois de père en fils durant plusieurs siècles avant la définition des frontières du pays en 1904 par la France et l’Espagne. Son tracé n’a pas été établi en fonction des populations et par conséquent certaines ont été divisées. Le brassage ethnique a toujours existé en Mauritanie et ses premiers habitants étaient d’origines diverses subsahariennes (Mali, Niger, Ghana, Sénégal).

La Mauritanie, en forme longue la République islamique de Mauritanie (en arabe : الجمهورية الإسلامية الموريتانية), est un pays du nord-ouest de l’Afrique, situé entre 15 et 27 degrés de latitude nord et 5 et 17 degrés de longitude ouest. La Mauritanie fait partie de l’Union africaine, la Ligue arabe, l’Union du Maghreb arabe, de l’Organisation de la Conférence islamique et de l’OMVS, en plus d’être membre de la Francophonie. La capitale de l’actuelle Mauritanie est Nouakchott. Les autres villes principales sont Nouadhibou, Kiffa, Kaedi, Zouérate et Rosso.

Elle possède une côte d’environ 800 km sur l’océan Atlantique s’étirant de Ndiago au sud jusqu’à Nouadhibou au nord. Au nord, elle est limitrophe de l’Algérie et du Sahara occidental (revendiqué par le Maroc et la République arabe sahraouie démocratique), du Mali à l’est, et du Sénégal au sud.

La Mauritanie constitue un espace de contact entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne, ce qui en fait un pays pluriethnique ; elle est peuplée de groupes négro-africains comme les Peuls, Soninkés, Wolofs et Bambaras, qui représenteraient 30 % de la population, de Maures arabo-berbères dits « Maures blancs » ou Bidhaan (qui représenteraient 30 %), et de Haratines dits « Maures noirs », anciens esclaves arabophones, d’origine Bafour et négro-africaine (qui seraient 40 % de la population), selon les estimations de la CIA3. Il convient de souligner que la proportion des différents groupes ethno-linguistiques n’est pas connue avec precision, les statistiques avancées variant fortement selon la source. Pour mémoire, les statistiques datant des années soixante indiquaient une proportion d’environ 80% d’arabophones (hassanophones).

Le nom du pays lui vient de la Maurétanie romaine, désignant le territoire des « Maures », peuple berbère, dans l’Antiquité. Le territoire de la Mauritanie ne correspond cependant pas à celui de l’antique province romaine.

En français, le terme « Mauritanie occidentale », appliqué en décembre 1899 par Xavier Coppolani supplante progressivement les autres dénominations utilisées pour désigner le pays.

Pulaku


La transmission orale des traditions et des légendes est très importante chez les Peuls. Enseignée auprès des adolescents par les personnes les plus âgées et en particulier les femmes au travers de chants, de comptines. La langue est encore essentiellement orale et transmise par les femmes. Elles véhiculent l’histoire du peuple, ses exploits, ses rites et ses vertus.

Goût prononcé pour les langues, la poésie, les louanges, les épopées (joutes verbales : Kirlé au plur. ; Hiirdé au sing.), développement d’une littérature. Dans cette transmission orale des traditions, n’oublions pas de mentionner le rôle important que jouent les griots (historiens). La plupart des Peuls sont polyglottes. La beauté est recherchée, la probité, la sagesse, l’intelligence et la discrétion figurent parmi les règles à suivre du pulaaku, ces règles souples régissant la « pulanité ».

Les épopées semi-historiques sont un genre très développé de la littérature orale peule. L’une des plus connues est l’épopée de Silâmaka et Poullôri, qui met en scène deux héros peuls luttant contre la domination du royaume bambara aux et ~.《exviiie siècles. Une autre épopée peule est la geste de Ham-Bodêdio, dit Hama-le-Rouge, beau-fils de Da Monzon, roi de Ségou, dont il devient l’ennemi en raison de la discorde persistante entre Peuls et Bambaras à l’époque[46]. Il existe de nombreuses autres épopées peules, plus ou moins proches d’événements historiques réels ou optant pour des péripéties relevant du merveilleux. Certaines évoquent les conflits survenus dans la région du Macina, notamment à l’époque de l’empire peul du Macina[47]. L’épopée de Boûbou Ardo Galo se situe ainsi au xixe siècle, à l’époque où la région du Macina voit la confrontation entre les différentes factions peules, parfois rivales entre elles, et la diffusion de l’islam, dont les valeurs morales divergent de celles du pulaaku peul[48].

La poésie peule montre une grande variété de formes. Dans la région du Macina, certaines formes poétiques sont pratiquées par les jeunes bergers tandis que d’autres sont maîtrisées par tous les poètes[49]. La culture musulmane a donné naissance à une poésie mystique[50].

Les contes dans la culture peule peuvent être racontés de façon informelle au cours de soirées entre amis, où ils peuvent être dits par des narrateurs de sexe, d’âge et de métiers variés[51].